Deux tortues dépendantes des récifs coralliens : la tortue imbriquée et la tortue verte 

Il existe 7 espèces de tortues marines dans le monde, mais aujourd’hui nous aimerions vous présenter deux de nos espèces préférées qui sont nécessaires pour les récifs coralliens : la tortue imbriquée et la tortue verte.

La tortue imbriquée

Taxonomie :

La tortue imbriquée appelée Eretmochelys imbricata du genre Eretmochelys Fitzinger, est une espèce de tortue appartenant à la famille des Cheloniidae Oppel. En France, elle est appelée Tortue à écailles ou Tortue à bec de faucon.



©Olga Ga / Tortue Imbriquée

Lieu de vie :

C’est une espèce qui migre régulièrement. Elle vit principalement dans les zones tropicales des océans Atlantique et Pacifique et dans la mer Méditerranée. Elle occupe majoritairement des eaux peu profondes comme les récifs coralliens. En effet, la tortue imbriquée favorise la vie près des coraux pour la quantité importante de nourriture qu’ils lui offrent. 

Alimentation :

La tortue imbriquée est omnivore. Ne possédant pas de dents mais un bec pointu, lors des premières semaines de sa vie elle se nourrit principalement de végétaux. Plus tard elle commencera à manger des oursins, des crabes, des éponges mais aussi des coraux. Elle cherche sa nourriture dans les récifs coralliens ou sur le plateau continental.

Morphologie :

Elle mesure entre 60 et 90 cm pour un poids allant de 45 à 130 kg. Sa carapace est allongée avec des plaques superposées. Sa dossière est foncée, de couleur marron ou dorée avec des traces rouges, oranges et noires. Contrairement au mâle qui lui, a une pigmentation plus claire. Elle a une petite tête allongée en forme de bec pointu. Elle dispose de quatre nageoires avec sur chacune d’elles deux petites ou grandes griffes selon le sexe de la tortue. 

Reproduction :

Elle se reproduit tous les deux ou trois ans lors des saisons de reproduction espacées de 15 jours. Elle peut se reproduire lorsque sa carapace atteint une taille de 70 cm ( 20 – 40 ans ). Les accouplements ont lieu dans des eaux peu profondes. La ponte se déroule la nuit sur des plages isolées avec de la végétation. La tortue creuse un trou dans le sable et y pond ses œufs. Elle peut faire deux à cinq pontes de 150 à 200 œufs. L’œuf va éclore au bout de 60 jours environ selon les températures, et le nouveau né va directement aller dans la mer. 

La tortue imbriquée est un reptile solitaire. Elle se laisse porter par le courant qui la mène vers les récifs coralliens où elle pourra se reproduire.

Liste rouge l’UICN :

Depuis 1968, la tortue imbriquée est placée en liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Cela signifie qu’elle est en danger critique d’extinction. La surpêche, le braconnage et la pollution en sont les principaux facteurs. Quelques initiatives sont mises en place pour éviter le pire comme la protection des sites de pontes, des routes de migration et des zones d’alimentation. De plus, la destruction progressive des récifs coralliens va entraîner un dérèglement important dans la vie des tortues imbriquées et donc causer la disparition de beaucoup d’entre elles.

La tortue verte

©Jake Houglum / Tortue Verte
©Jake Houglum / Tortue Verte

Taxonomie 

La tortue verte aussi appelée Chelonia mydas du genre Chelonia Brongniart, est une espèce de tortue appartenant à la famille Cheloniidae

Lieu de vie  :

La tortue verte est une espèce très migratrice. Elle parcourt 20 à 90 km par jour. Comme la tortue imbriquée, elle vit dans des eaux peu profondes. Elle habite les zones tropicales et subtropicales avec une température qui doit rester inférieure à 20°C. Elle occupe les espaces maritimes des métropoles, principalement la mer méditerranée.

Alimentation  

Étant omnivore pendant ses premières années de vie, elle mange des herbiers marins et des crustacés. Puis lorsqu’elle atteint sa majorité sexuelle, elle devient herbivore et broute des herbiers.

Morphologie

Elle mesure entre 80 et 120 cm pour 130 à 300 kg. Sa carapace est bombée avec plusieurs plaques superposées. Sa dossière est verte, grise, jaune, marron et noire. Elle a une petite tête ronde et lisse. Le bord de sa mâchoire inférieure est édentée. Ses nageoires sont grisées sur le dessus et jaunes en dessous avec une griffe sur chacune d’elles.



Reproduction

Elle se reproduit tous les deux à quatre ans lors des saisons de reproduction espacées de 15 jours. Elle peut se reproduire lorsqu’elle atteint sa maturité sexuelle, c’est-à-dire entre ses 18 et 50 ans.  Comme la tortue imbriquée, la tortue verte se reproduit dans des eaux peu profondes, proches des plages de ponte. Pour pondre ses œufs, elle se rend sur sa plage natale. Là bas, elle fera 1 à 9 pontes de 75 à 200 œufs. L’œuf va éclore au bout de 45 à 80 jours. Le nouveau-né aura une taille d’environ 5 cm pour un poids de 25g. Sa carapace sera bleue-noire et le plastron blanc. La tortue verte est un reptile solitaire mais croisera parfois quelques-uns de ses congénères notamment lors des périodes d’alimentation.

 

Liste rouge l’UICN

La tortue verte est une espèce qui est aujourd’hui placée dans la catégorie DANGER sur la liste rouge de l’UICN. Les causes de cette disparition sont les mêmes que celles de la tortue imbriquée ( braconnage, surpêche, pollution…). De plus, la tortue verte est aussi une espèce vivant dans les récifs coralliens, et est donc tout autant impactée par la disparition des coraux.  

Carte représentative de la distribution géographique des tortues imbriquées et des tortues vertes dans le monde
Carte représentative de la distribution géographique des tortues imbriquées et des tortues vertes dans le monde

PAR The Coral Planters

Les habitants du récif

Poisson-papillon (Chaetodontidae) Les poissons-papillons, appartenant à la famille des Chaetodontidae, sont des créatures colorées mesurant entre 12 et 22 cm. Leur alimentation se compose principalement

LIRE LA SUITE »

Abonne-toi à notre newsletteR

Suis toutes nos actualités et tiens toi informé de nos actions

En t’inscrivant à notre newsletter, tu acceptes notre politique de confidentialité